vendredi 11 février 2011

é perissodactyle sporgersi !

En prenant le train entre DIjon et Montbard (de Côte d'Or de l'Est à Côte d'Or de l'Ouest), j'ai été agréablement surpris par le grand nombre de périssodactyles que l'on voit paître dans les prés.
C'est une caractéristique de la Bourgogne qui me plaît : des chevaux et des ânes partout, en liberté surveillée, des animaux magnifiques qui me regardent passer, moi l'incongru voyageur dans mon "cheval de feu", eux témoins d'une époque où l'humain ne préserve plus seulement les espèces par nécessité mais parce qu'il les aime, ces périssodactyles qui ont fait l'Histoire !

Un magnifique périssodactyle de Bourgogne !

Et je pense à notre millénaire manoir avec un pincement au coeur, cette majestueuse bâtisse abandonnée qui nous fait face et se meurt...
Les propriétaires ont reçu un jour une proposition pour le transformer en haras.
Ils ont refusé.
Les ruines s'arruinent.
Les chevaux hennissent.
Et la caravane électrique passe.

7 commentaires:

  1. Oui, et ne peut pas y faire grand chose;il y a près de chez moi deux très belles maisons qui sont en train de s'écrouler parce qu'elles ont des propriétaires et qu'on ne peut pas les obliger à les entretenir...sans parler de ma voisine qui n'a pas les moyens de refaire son toit et qui nous impose des bâches en plastique qui font un bruit d'enfer les nuits de grand vent... sans parler d'autres voisins qui ont arraché une haie d'aubépine plus que centenaire pour la remplacer par des parpaings...
    Et c'est ainsi que change le paysage... on ne peut pas freiner le progrès...
    P:((((

    RépondreSupprimer
  2. Yep, ça fait tjs un pincement au coeur de voir l'Histoire se mourir de la sorte... voire racheté pour pièces ou/et déplacé dans des pays "exotiques".
    Mais bon, y aura sans doute rapidement des clients puisqu'on aura bientôt plus le droit de vivre dans des habitats non durs ! ;) (ironie)
    GBises

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour à tous les deux !
    C'est vrai que c'est un peu triste... mais heureusement, notre environnement ne s'arrête pas à ça.
    Le plus triste concernant "notre" manoir est qu'il y a un nombre considérable de propositions d'achat de la propriété (qui comprend d'autres bâtiments et pas mal de terrain en herbe), propositions que les propriétaires -en indivision- refusent parce qu'ils n'arrivent pas à s'entendre entre eux.
    Résultat : leurs biens se dégradent, perdent de la valeur, deviennent invendables... et finiront pas s'effondrer sur eux-mêmes. Cela m'agace parce qu'il suffirait d'une signature collective pour qu'ils se débarrassent d'un bien qui, de toute façon, ne les intéresse pas... au profit de personnes qui le restaureront.

    RépondreSupprimer
  4. Aïe, aïe, aïe, les indivisions, quel bordel...
    On a pensé à toi cet aprem en "randonnant" gentiment dans le centre Finistère : on a vu plein de chevaux, ainsi que des ânes, des moutons, des chèvres de toutes les couleurs et de toutes les tailles, mais également des belles grandes bâtisses en pierre, toutes joliment restaurées. Bref, un paysage qui t'aurait bien plu ! :)
    Apluche
    GBises

    RépondreSupprimer
  5. C'était chouette la promenade au bord de l'eau en ta compagnie, avec les chevaux en semi-liberté :))
    J'y pense régulièrement et je me dis que j'ai hâte de vous faire découvrir notre région dans des conditions analogues ;))
    s.

    RépondreSupprimer
  6. Analogue, analogue... t'as un boulot pour moi par chez toi ?? ;)
    Plus sérieusement, on vit dans un chouette pays. Dommage que la politique s'emmêle...
    GBises

    RépondreSupprimer
  7. Ouaip, mais tant qu'il y a de la politique, y a de la vie. Dans certains pays, il n'y a même pas de politique...
    Pour ce qui est du boulot, ne me cherche pas... je serais bien capable de te proposer de monter une entreprise avec moi...
    BBises

    RépondreSupprimer

Il est interdit de sortir de cette page sans commenter, sauf si vous décidez le contraire...